Dans nos collections : le canal industriel de Bruxelles, aussi un lieu de distractions

Bruxelles : un canal, des usines et des hommes

Exposition conçue et réalisée par l'asbl La Fonderie - 1 vol. (352 p.) : ill., photos en noir et blanc, et en coul., cartes, tab. - (Les Cahiers de La Fonderie, 1986 (1)). Existe en tiré à part.

1986 1F

Le Cahier n°1des Cahiers de La Fonderie est le catalogue de la première exposition de l’asbl. Celle-ci présentait en 8 chapitres les thèmes qu’elle comptait développer.

Parmi ceux-ci figure “Un dimanche au canal” et puisque nous sommes en période d’été et de vacances, arrêtons nous sur le sujet.

Depuis longtemps épuisé, de même que le tiré à part imprimé par la suite, le cahier est consultable au centre de documentation.

UnDimancheAuCanal

 

Fin du 20e siècle, la seule image du Canal de Bruxelles est économique : on y travaille, on y produit, mais on ne s’y amuse plus. Les impressions bucoliques que peuvent avoir les Bruxellois de cette partie de la ville s’effacent peu à peu et pourtant, certains se souviennent avoir nagé dans le canal de Willebroeck.

L’eau offre de nombreuses possibilités de délassement : natation, pêche, canotage, ou plus élitistes : le yachting et l’aviron. Or, les régates d’hier passionnaient et leur déroulement était un événement important pour Bruxelles. “Il n’y a plus de fêtes nationales sans courses nautiques. Ces courses font maintenant partie du programme aussi bien que les festivals et les illuminations" (1)

Les jeux nautiques amusaient tous les habitants de ce quartier populaire : ceux qui voyaient les maladroits tomber à l’eau comme les malchanceux.

JeuxEtEbatsAquatiques  Joutes bruxelloises entre deux équipes de “vaartkapoen”, in Le Soir illustré, 28 juillet 1928, p. 8”, p. 250

De multiples événements (début des travaux maritimes en 1900, inauguration du port en 1922, visite d’un sous-marin ou d’un autre bâtiment naval...) attiraient tout le monde au port. En outre, de nombreux établissements à proximité offraient des divertissements et les rues servaient de décor pour des cortèges et processions.

Des excursions étaient aussi proposées sous forme de loisirs : à partir de Laeken, des bateaux à vapeur remontaient jusqu’à Anvers.

PortEmbarcadereLaekenBateaux d’excursion à Laeken, carte postale. Photo Hotton”, p. 248

PlaisancePortVanPraet    Bateaux de plaisance près du pont van Praet. Photo SA du Canal et des Installations maritimes de Bruxelles, p. 248. A droite en aval du canal, devant la Centrale électrique de Schaerbeek, des bateaux de plaisance sont amarrés au Bryc (cercle privé Brussels Royal Yacht Club), qui est aujourd'hui encore le port de plaisance de Bruxelles. Le bâtiment du BRYC, non visible sur la photo, est construit en même temps que l’usine électrique, en 1906.

Revenons à la fin du 20e siècle. Il n’y a plus rien du côté du canal de Charleroi, industrialisé dès sa création. Y a-t-il seulement encore un poisson dans l’eau ? Pourtant, dans les années ’30, on s’y baignait malgré l’interdiction de la police. Il faut lire les mémoires de Jeff Kazak! (2)

TremplinImprovise    Tremplin improvisé au canal de Charleroi (porte de Ninove, in Le Soir illustré, 27 août 1932, p. 15”, p.251)


Parmi les ouvrages consulté (3), il y a un titre qui présente, de façon plus descriptive que l’article, un autre aspect des distractions proposées par le canal de Willebroek : les excursions.

 

De Bruxelles au Rupel : bateaux de plaisance bruxellois (Laeken-Vilvorde-Capelle-au-Bois)

Notice descriptive / Arthur Cosyn. - [Bruxelles] : Touring club de Belgique, [s.d.]. 82 p. : ill., carte; 18cm. 

 

Les Bateaux de Plaisance bruxellois présente, malheureusement sans date (1920?) les excursions comme intéressantes à divers titres. “Le canal ménage partout de belles perspectives changeantes. Sur ses deux rives s’échelonnent des villages et des hameaux, des châteaux et des maisons de campagne qui, avec les étendues verdoyantes du nord du Brabant, forment une suite de paysages attrayants … D’autre part, le voyage est curieux pour qui veut se rendre compte de l’essor considérable de l’industrie … (4)

C'est cette industrie qui fera de Bruxelles la première ville du pays en termes d’emplois, au détriment des paysages présentés par l’auteur.

MeudonChateauEtPavillon    Neder-over-Heembeek – Le chateau de Meudon, p. 48 - Du chateau de Meudon, il ne reste que les deux pavillons d’entrée, toujours visibles aujourd'hui. p.(49)

 

A Neder-over-Heembeek, le “Marly” est une maison de campagne!

LeMarly    Neder-over-Heembeeek – Le “Marly” (maison de campagne)(5) p. (51)

 

Les Cokeries du Marly débutent leurs activités en 1932, détruisant l’aspect campagnard de cette partie de la ville. Mais ceci est une autre histoire…

Et aujourd’hui ?

Rappelez-vous l’ouvrage déjà présenté...

Canal ? vous avez dit canal ?

Le canal est réaménagé, s’enjolive et reste ludique...

CercleDesRegates    Bruxelles-les-Bains, p.146 - Le Cercle des Régates de Bruxelles (CRB) actif depuis 1881, p.151


(1)Le National illustré, 30 juillet 1889, p. 248. In Les Cahiers de La Fonderie op. cit, p.249

(2) Kazak / J. Dreve. – Bruxelles : Ed. Wellens-Pay, 1936.

(3) Op. cit., p. 272

(4) De Bruxelles au Rupel … p.(3)

(5) Dix ans plus tard, la SA Cokeries du Marly est constituée à Bruxelles le 4 février 1930. Elle a pour objet le traitement du charbon et de toutes autres substances en vue de leur décomposition ou de leur transformation en produits solides, liquides ou gazeux… in : Les Cahiers de La Fonderie : Et les ouvriers ; - 1993, n° 14, p. 8

 

 

FWB QUADRI HORI2

LogoCocofFondWebsite

Region FR RGB

Facebook

Vous êtes ici : Accueil Collections Centre de Documentation Dans nos collections : le canal industriel de Bruxelles, aussi un lieu de distractions